Les responsables politiques continuent de réduire la politique de santé à la gestion de l’offre de soins. Certes, la lutte pour l’accès de tous au système de santé reste un défi majeur, mais elle ne suffira pas à régler des inégalités insupportables comme, par exemple, l’espérance de vie en bonne santé qui, pour un ouvrier de 35 ans, est de dix ans inférieure à celle d’un cadre.1

Il faut imposer dans ce domaine une vision nouvelle, et prendre acte du fait que les maladies chroniques (obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers, autisme, maladie d’Alzheimer, etc.) sont montées en flèche dans les dernières décennies. Il a même été calculé que le « trou de la sécu » n’existerait pas sans cette explosion.2

Or, nous pouvons agir sur ce phénomène en intervenant sur l’environnement et les comportements. Cette approche préventive de la santé publique peut paraître beaucoup plus complexe, mais elle fournit en réalité aux collectivités un panel d’outils extrêmement riche pour améliorer l’état de santé de la population.

Pour une liste citoyenne Saumur 2104 ne prétend pas embrasser d’un coup l’ensemble de cette vaste thématique. Elle propose pour la mandature à venir trois champs d’intervention principaux : un plan de lutte contre le diabète ; un plan pour un environnement urbain accessible à tous ; enfin, un plan pour des bâtiments communaux respectueux de la santé.

 Lutter contre le diabète

L'analyse des besoins sociaux de Saumur faite en 2011 fait apparaître une fréquence d’admissions en affection de longue durée (ALD) particulièrement importante pour le diabète. Or, l'équipe de Michel Apchin n’a mis en place aucun élément de réponse significatif. Pourtant, on sait que le diabète de type 2, de loin le plus répandu, est une maladie favorisée par la sédentarité, une alimentation inadaptée, l’obésité et l’hypertension. Nous proposons les actions suivantes :

  • Au sein du projet éducatif territorial, l’éducation à la santé environnementale mettra un accent particulier sur ces problèmes, et les activités physiques auront toute leur part ;

  • La mobilité sera favorisée par l’attractivité du système de transports en commun, efficace et gratuit,3 et par le développement des déplacements doux (piétons, cyclistes, etc.) ;

  • Dans les écoles et les crèches, on tendra vers une alimentation de grande qualité, biologique autant que possible. La première tranche sera gratuite pour les foyers les plus modestes ;

  • La prévention et la prise en charge des personnes diabétiques ou à risque de diabète seront améliorées par la prescription de sport gratuit sur ordonnance médicale, sur le modèle de ce qui se pratique déjà à Strasbourg et Blagnac.4

 Un environnement urbain accessible à tous

Un handicap est une « limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement ».5 L’infirmité qui altère les capacités motrices, les facultés intellectuelles ou les sens s’avère plus ou moins handicapante selon la réalité environnante qui fait obstacle ou, au contraire, facilite l’existence de la personne affectée. Ainsi, agir sur l’environnement doit non seulement permettre de prévenir une maladie comme le diabète, mais aussi favoriser l’accès aux services et à la sociabilité des personnes qui souffrent de pathologies ou qui sont, simplement, usées par l’âge.

Nous mettrons en place un comité local permanent de la politique concernant les personnes en situation de handicap. Les personnes concernées y seront représentées pour piloter la réflexion et proposer des solutions. Nous prévoyons, là encore, quatre axes de travail, en liaison avec ce comité :

  • Audit pour connaître les difficultés spécifiques et les demandes des personnes concernées ;

  • Aménagement des bâtiments et de la voirie en fonction de cette problématique ;

  • Formation des agents municipaux à l’accueil des personnes handicapées ;

  • Création d'un pool municipal de fauteuils roulants gratuits pour les usagers, complétant les transports en commun afin que chacun puisse accéder à tous les commerces et services.

 Des bâtiments communaux respectueux de la santé

La Ville se doit d'être absolument irréprochable en matière de protection de la santé publique. Elle ne doit en aucun cas exposer à des agents toxiques ses salariés, les usagers de ses services et moins encore les enfants6.. Cette exigence absolue sera assurée de la manière suivante :

  • Audit pour identifier les risques ;

  • Formation des agents municipaux pour les sensibiliser aux risques et modifier leurs pratiques ;

  • 3 mesures initiales de prévention : utilisation exclusive de produits d’entretien écologiques par les agents de la Ville7 ; interdiction de matériel en plastique dans les cantines ; et retrait de la wi-fi de tous les équipements gérés par la Ville ou l’Agglo ;

  • Réfection des bâtiments dont les matériaux exposent les personnes à des substances dangereuses, en commençant par les bâtiments qui accueillent des enfants.

En engageant ces réalisations vitales pour les habitants les plus fragiles, Pour une liste citoyenne Saumur 2014 donnera à Saumur l’impulsion de relever les défis sanitaires qui s'imposent pour le bien être et le bien vivre de tous.

2 Voir le livre d’André Cicolella, Toxique Planète, Seuil, 2013, pp. 36-37.

3 Les transports en commun favorisent la marche comme mode de déplacement, par rapport à la voiture.

4 A inscrire dans le Contrat Local de santé qui va être signé avec l'Agence Régionale de Santé.

6 On sait désormais que l’exposition à des toxiques n’est pas équivalente à tous les âges de la vie : les enfants, dont l’organisme est en formation, constituent une population particulièrement sensible.

7 Il conviendra également de supprimer l'utilisation de produits toxiques dans la gestion des espaces verts.