Euro_Billets-EventailPour une liste citoyenne Saumur 2014 promeut la gratuité partielle ou totale dans plusieurs domaines, notamment l’eau, les cantines scolaires, le sport sur ordonnance médicale, les transports en commun et les médiathèques/ludothèques.

Le sens politique de la gratuité

C’est l’accès à une éducation gratuite pour toutes et tous qui a permis le développement de nos sociétés. Aussi la gratuité ne doit-elle pas être confondue avec la charité, qui permet aux plus pauvres de survivre sans les arracher à leur misère. Au contraire, la gratuité c'est la garantie d'un accès égal pour toutes et tous à un service d'intérêt général (santé, routes, trottoirs, transports, musées, etc.) ou à un bien commun (eau, énergie, etc.).

La majorité des mesures que nous proposons pour Saumur ont été mises en place avec succès dans plusieurs municipalités, de droite comme de gauche. Il ne s’agit donc pas de rêveries échevelées mais de choix politiques.

Nous ne considérons pas, bien sûr, que nos propositions soient simples à mettre en œuvre : il faudra les construire, en concertation avec les citoyens, les associations, les techniciens, les entreprises, les administrations voire avec d’autres élus pour un certain nombre d’entre elles, dont la compétence relève de l’Agglo. Mais elles constituent l’horizon vers lequel nous tendrons résolument si nous accédons aux responsabilités.

L’accès gratuit au volume d’eau potable nécessaire à la vie

Les premiers mètres cubes doivent être fournis gratuitement (15 m3 par an et par famille à 0,1 € ht/m3 à Libourne)1. Cette mesure ne constituera pas un surcoût pour la collectivité, puisque « l’eau paie l’eau ». Tout en favorisant un bon usage de l'eau2, il s’agira donc, de rééquilibrer le prix de l’eau avec une progressivité plus importante, qui distinguera le vital, l'utile, le confort et le superflu.

L’accès gratuit à la cantine scolaire pour les premières tranches tarifaires

Il s’agit d’une mesure d’urgence, pour que toutes les familles puissent offrir un repas quotidien correct à leurs enfants. Un repas à l’école primaire revient en moyenne entre 6,40 € et 7,50 € à la commune3 – de sorte que l’essentiel des coûts est aujourd’hui déjà assuré par la collectivité. Les maires UDF de Drancy et du Bourget ont déjà mis en place une gratuité totale en 2007, qui s’est traduite par l’affluence d’un tiers d’enfants supplémentaires. Ce succès est l’expression d’un important besoin. Mais il faudra l’anticiper pour adapter l'organisation à cette augmentation de la fréquentation.

L’accès gratuit aux sports sur ordonnance médicale

Cette mesure a déjà été prise à Strasbourg (PS) et à Blagnac (PRG), par voie de conventions avec les Agences Régionales de Santé. Elle permet à plusieurs centaines de patients souffrant de diabète, d’hypertension, d’obésité ou de maladies cardiovasculaires de pratiquer gratuitement du cyclisme, de la gymnastique, de la natation, de la marche, etc. En réduisant la consommation de médicaments et en évitant des complications médicales, ce dispositif entraîne d'importantes économies pour la collectivité. Il améliore non seulement l’état de santé mais aussi la qualité de vie des personnes concernées4.

L’accès gratuit aux transports en commun

Cout-CalculatriceChâteauroux (UMP) a mis cette mesure en place il y a 12 ans : le succès a dépassé les attentes, avec une augmentation de 81 % du nombre d’usagers dès la première année. Plus de 20 collectivités l’ont imitée depuis. À Aubagne (PCF), qui a instauré la gratuité en 2009, on a constaté en 4 ans une explosion de 178 % de déplacements supplémentaires, ce qui signifie :

  • 10 % de trafic automobile en moins ;

  • une mobilité qui a permis de désenclaver les villages ;

  • un pouvoir d’achat accru pour les usagers ;

  • un doublement des usagers pour un même investissement public.

Et contrairement à ce qu'a répondu Michel Apchin à Saumur Kiosque, la gratuité ne provoque pas de hausse des dégradations.

Dans l’Agglomération de Saumur, sur l’année 2012 on ne compte que 23 voyages par habitant (contre 52 à Cholet ou 112 à Angers). Ce chiffre est en baisse de plus de 4 points par rapport à 2011 – alors qu’il augmente partout ailleurs dans la région5. La gratuité permettrait donc non seulement d’améliorer le service public et notre environnement, mais encore de rentabiliser notre réseau.

L’accès gratuit aux médiathèques et ludothèques

Les recettes générées par les inscriptions dans les médiathèques représentent une part négligeable du budget d’une médiathèque6 ; or les inscriptions représentent un frein insupportable à l’accès à la culture pour les familles en difficulté financière particulièrement nombreuses dans le Saumurois. Dans les villes qui ont fait le choix de la gratuité (Arles, Saint-Herblain, Chevilly-La Rue, Senlis, Saint-Brieuc, Lille, Le Havre, etc.) on constate à la fois une augmentation et une diversification des usagers.

Dans tous ces domaines, la gratuité s’impose comme la garantie : d’un mieux vivre pour toutes et tous ; d’un espace social apaisé et d’une efficacité accrue de l’usage de l’impôt.

Logos_Bas-de-Page

Pour vous associer à notre démarche : saumur2014@laposte.net

Pour suivre nos propositions :

https://www.facebook.com/gauche.saumuroise?fref=ts

http://saumur2014.canalblog.com/

____________________________________________________________

2 Distribution de « kit d'économie d'eau » composés de régulateurs de débit permettant d'économiser de 10% à 30% https://www.ville-libourne.fr/fileadmin/dam/Libourne_avance/suppl_eau1.pdf

3 Source : http://www.cantinescolaire.net/

À noter que le surcoût pour une alimentation bio s’élève entre 0,15 € et 0,23 € par repas.

5 DREAL, “La fréquentation des transports collectifs urbains en 2012”, mars 2013.

6 Olivier Ploux, « L’impact de la gratuité sur l’activité et la fréquentation des bibliothèques municipales », 2009.